Slider
Les organisateurs des Noëls d'Europe se font toujours une joie de faire découvrir à leurs hôtes leur environnement. Celui de Rhodes, particulièrement riche fut un enchantement. Il est vrai que le soleil était lui aussi de la partie. Normal : l’île de Rhodes n’est-elle pas sous la protection du dieu Hélios?

Si les participants eurent l'occasion de visiter quelque peu la ville de Rhodes à titre particulier, flânant dans les ruelles de la partie médiévale, une excursion était prévue pour tous le samedi 9 décembre. Sous la direction de guides spécialisés et ô combien diserts, visite de la vieille ville de Rhodes et du palais abritant une collection magnifique de mosaïques récupérées sur l'île de Kos par les Italiens au début du siècle. Avec promenade à pieds dans les vieilles artères menant au port témoignant de la puissance de la cité. Une véritable plongée dans un passé prestigieux qui aujourd’hui encore ne laisse pas de surprendre.

Vue sur une partie du port de Rhodes
Vue sur une partie du port de Rhodes

Lindos la charmeuse
Lindos la charmeuse


Un peu plus tard, poursuite de la découverte de l’île, en autocar cette fois, en direction de Lindos la charmeuse, de ses ruelles pittoresques et visite de la petite église où le pope dispensait un cours de catéchisme à une dizaine de gamins. En franchissant littéralement l'île dans le sens de la largeur, par des routes sinueuses traversant des petits villages fleuris, arrivée vers 13h à Embonas dans le restaurant "Bakis Brothers". Au pied du mont Atavyros, le sommet le plus élevé de l’île culminant à 1215 mètres. C’est dans une ambiance joyeuse que fut servi un repas grec de belle facture. Arrosé d'un vin local capiteux dans des bouteilles sans étiquettes. Mais ne dit-on pas : qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse?

Un sirtaki improvisé dans le restaurant
Un sirtaki improvisé dans le restaurant

Le retour sur Rhodes fut encore l’occasion pour les guides de raconter quelques spécificités locales. Comme celle du colosse de Rhodes, l’une des sept merveilles du monde antique. S’ il a bien été construit sur les plans du sculpteur Charès de Lindos entre 292 et 304 avant JC, haut de 32 mètres, il ne dominait sûrement pas le port de Rhodes. Mais il a bel et bien été détruit lors du tremblement de terre le plus violent qu’a connu l’île, en 227 avant JC. Durant plusieurs siècles ses débris restèrent ainsi jusqu’à ce que les sarrasins, en s’emparant de Rhodes en 653 après JC, ne vendent le métal récupéré.

Au retour, les participants eurent un peu de temps devant eux pour se reposer avant de se retrouver pour la soirée de gala au Sofitel Capsis.

Dans le même ordre d’idées était prévu un office religieux le lendemain dans la cathédrale de Rhodes, reconstruite sur le port à l’identique par les Italiens. L’original avait été détruit lors d’une explosion qui avait ravagé tout le quartier du palais au siècle dernier.

C’est ainsi que dimanche matin une majorité de participants s’y rendirent pour assister à une messe célébrée selon le rite orthodoxe mettant en valeur les chants religieux particuliers à ces célébrations.
3rd to 5th December 2018 in Riga
3rd to 5th December 2017 in Fátima
5th to 7th December 2018 in San Benedetto
2nd to 5th December 2015 in Diekirch

Our Sponsors

AEHT Contact

AEHT General Secretary
Nadine Schintgen
Find Us from Facebook
AEHT Head Office
PO Box 71 L-9201
Diekirch
LUXEMBOURG