Slider

Louis Robert, past-president

Louis Robert, past-president
Louis Robert, past-president

Entré à l’AEHT avec les membres fondateurs le 13 mai 1988, Louis Robert a rendu à Dubrovnik le tablier de sa seconde présidence exercée de 2006 à 2009. Il fut président de 2000 à 2003 et quatre fois vice président depuis 1991. Il redevient vice-président pour la cinquième fois. C’est dire combien son attachement à l’AEHT est vif et sa connaissance des coulisses grande. A deux années de sa retraite professionnelle, Louis Robert jette un regard sur les différents mandats exercés et comme le dit la chanson : « non je ne regrette rien… »

« En 1989 nous étions 30 écoles de 15 pays. En 1991 en Turquie nous étions déjà 200 écoles. C’était un peu un esprit de famille, il n’y avait pas encore de problèmes. Pour mon école de Diekirch, l’entrée à l’AEHT a été très importante puisque nous étions à la recherche de contacts et de partenaires avec l’étranger. Vous imaginez combien cela fut bénéfique.

Quant à mon dernier mandat eh bien j’ai été heureux de l’exercer pour une seconde fois avec autour de moi des vice-présidents et vice-présidentes de qualité mais je suis aussi heureux de tourner la page et de redevenir vice-président comme le prévoient les statuts.

Ici à Dubrovnik les conditions de ces 22èmes Rencontres sont idéales. Il fait beau et l’organisation est excellente. Malheureusement pour moi, j’étais beaucoup en réunions et de ce fait j’ai raté des possibilités touristiques.

Ce que je déplore, à propos des concours, c’est que, malgré un règlement que nous avons élaboré, il y a encore des tentatives de fraude, de recherches de passe-droits. Cela n’est pas acceptable. Cela ne sert pas la cause des élèves présentés et c’est triste pour des éducateurs de donner un tel exemple. J’ai horreur du flicage et pourtant, cette année encore il y a eu des problèmes.

Je suis par ailleurs heureux du travail des membres du Conseil des sages. Ils sont cinq pour le moment. Eh oui, l’AEHT vieillit ! Ils sont la mémoire de l’AEHT. Et puis il y a la Commission des concours, les Noëls d’Europe. Ca en fédère du monde. Pour ma part, je continuerai comme vice-président cette fois à m’occuper plus spécialement des Rencontres et des concours. Et il nous faudra travailler à l’avenir à trouver plus de partenaires. Autant dans le cercle des écoles hôtelières et de tourisme que dans le privé ».

Antun Perusina , directeur de l’école de Dubrovnik

Antun Perusina , directeur de l’école de Dubrovnik
Antun Perusina , directeur de l’école de Dubrovnik

Le téléphone collé à l’oreille, un œil toujours sur le qui-vive et sur ses équipes, Antun Perusina tient difficilement en place.

A la tête de 600 élèves de 14 à 18 ans, de 70 professeurs et de 20 administratifs, son école surplombe la vieille ville de Dubrovnik, lui offrant une vraie image de catalogue de vacances. Ses yeux pétillent à cette évocation.

«  Oui je suis très heureux d’avoir pu organiser ces Rencontres. Et je suis doublement heureux de voir que les 700 participants sont heureux d’être là. Je crois qu’ils sont tous satisfaits des équipements, des conditions d’ici. J’avais autour de moi et directement 35 personnes pour me seconder dans les différents registres et pour la restauration, la cuisine, le service, une cinquantaine. Bien sûr, je les remercie tous pour leur engagement et leur professionnalisme ».

Des problèmes ? Antun Perusina ne cache pas qu’il y en a eu. » Le plus important, trouver les sponsors pour boucler un budget de l’ordre de 360.000 euros tout de même, la crise est aussi passée à Dubrovnik ! Mais le ministère du Tourisme et la ville ont beaucoup aidé. Et puis, vous avez vu, à l’hôtel Président nous avions pu installer des boxes-cuisines pour les concours. Eh bien, ils seront démontés et remontés dans mon école !

Autre problème, la date du 18 novembre pour la cérémonie d’ouverture à laquelle étaient conviées beaucoup de personnalités. Mais cette date est aussi celle du souvenir de la guerre des années 90 et il y avait beaucoup de cérémonies. Mais les personnalités qui ont pu venir se sont arrangées exprès pour nous. Et dernier petit problème, quelques soucis avec le change. Mais nous avons résolu cela.

Alors content ? «  Tout à fait. Maintenant que c’est presque fini, cela fera un grand vide ici. Mais nous allons tous retrouver les habitudes de l’école… »

Klaus Enengl, président

Klaus Enengl, président
Klaus Enengl, président

Son –bel- accent autrichien en bandoulière, le nouveau président de l’A.E.H.T. ne cache pas son bonheur.

Directeur de l’école hôtelière de Bad Ischl, il a déjà derrière lui un vécu sérieux au sein de l’A.E.H.T. et le fait de devenir président lui laisse « ein positives Gefühl – un sentiment positif » .

« Je me sens honoré et fier de cette élection. Maintenant que j’ai cette responsabilité, je voudrais essayer d’insuffler des nouvelles idées. Parce que nous avons toujours à faire à des jeunes et que l’AEHT c’est un niveau européen.

Jusqu’à présent nous avions les Rencontres et les Noëls d’Europe. Je voudrais aller plus loin parce que pour moi, il manque quelque -chose. C’est pourquoi j’avais proposé ce camp d’été de l’AEHT pour les jeunes. Qui ne doivent pas se sentir surveillés dans un tel camp. Il y aura bien sûr un programme, mais ce sera « locker » (cool - détendu). Et ce sera l’occasion de demander à ces jeunes ce qu’ils veulent. Parce qu’on ne les demande pas d’habitude. Peut-être ont-ils une autre conception des concours ? Et puis, l’AEHT n’est pas une caisse d’épargne.

Mais, c’est ma première année de mandat. Il faut voir. Essayer d’agrandir le champ des pistes. Par exemple, je vois qu’il faudrait promouvoir les langues au sein de l’AEHT parce que la communication passe par les langues. D’autre part, des approches plus académiques pourraient avoir lieu pour des échanges de haut niveau sur le plan européen. Enfin, je pense qu’il faut absolument réveiller les échanges avec le groupe ACCOR… »

Natalia Komanicka – traductrice

Natalia Komanicka – traductrice
Natalia Komanicka – traductrice

Nouvelle venue au sein de l’AEHT, Natalia Komanicka a répondu à l’appel lancé au sein du réseau AEHT pour remplacer John Rees-Smith, interprète français-anglais depuis les origines de l’AEHT, dont l’humour tout britannique et le style faisaient partie intégrante de l’AEHT.
La nouvelle traductrice, 35 ans est enseignante français-anglais dans l’école de Presov en Slovaquie depuis trois ans. Elle a vécu huit années aux Etats-Unis auparavant où son mari préparait un doctorat. Le couple a trois enfants.

Son grand sourire et ses yeux bleus lui confèrent un charme indubitable, un atout pour ce travail de traductrice dont elle a pu mesurer l’étendue lors de ces Rencontres. Un véritable métier où il faut sauter d’une langue à l’autre afin que tout le monde puisse suivre les débats en réunions ou lors des assemblées générales ou encore lors des discours.

Cela n’a pas l’air d’effrayer plus que cela Natalia qui a trouvé là une façon de se rendre utile à l’AEHT .

 

Des étudiants

Ils sont attablés sur la terrasse du Valamar Lacroma et visiblement, leur complicité est évidente. Fabien, 20 ans a concouru au bar, et Aimée 21 ans en tourisme. Tous deux de l’école de St. Quentin en Yvelines. Avec eux Jerémy 17 ans, restauration et Lucie, 17 ans en cuisine, tous deux de l’école hôtelière de Bazeilles. Comment vivent-ils cette expérience ?
A les voir et du premier coup d’œil, ils sont très à l’aise, les concours sont derrière eux et ils sont ravis. Voilà quelques réponses en vrac :

« Première constatation, l’anglais c’est vachement important. La façon de travailler des uns et des autres est différente, c’est la première fois que nous participons à un concours , c’est une bonne expérience, il n’y a pas eu de stress durant les épreuves ( ah bon ???) , nous avons fait de belles rencontres (la preuve !) et cela nous fait à tous de belles expériences et nous sommes vraiment bien logés.

 

Des étudiants
Des étudiants

Gorana Batinic de l’école de Split, 18 ans en réception : « c’était très bien surtout les relations avec des camarades d’autres nationalités. Tout est bien organisé, on connaît et on rencontre beaucoup de monde… »

 

Gorana Batinic
Gorana Batinic

Ivana Piplica, 18 ans concours de flambage tout comme Ivona Seric 18 ans, concours de bar font le même constat : » c’est beaucoup de plaisir lors d’une telle manifestation… »

 

Ivana Piplica et Ivona Seric
Ivana Piplica et Ivona Seric

Alessandro Panella 18 ans, cuisinier, de Rome et Riccardo Luchetti en concours de bar 18 ans également sont «  heureux d’être là « . Pas besoin d’être grand devin. Cela se voit à l’œil nu !

 

Alessandro Panella et Riccardo Luchetti
Alessandro Panella et Riccardo Luchetti
12th - 17th November 2018 in Leeuwarden
13th to 18th November 2017 - in Oostend
23rd to 28th October 2016 in London
5th to 10th October 2015 in Cervia

Our Sponsors

AEHT Contact

AEHT General Secretary
Nadine Schintgen
Find Us from Facebook
AEHT Head Office
PO Box 71 L-9201
Diekirch
LUXEMBOURG