Slider
LOUIS ROBERT président :

LOUIS ROBERT president
C’est dans le bus affrété par l’école du Luxembourg, au cours de la sortie touristique vers Taggia, que Louis Robert président de l’AEHT s’est prêté avec plaisir à l’interview. Président depuis deux ans, il entame sa dernière ligne droite ainsi que les statuts le stipulent. Avec son franc parler coutumier, Louis Robert a tout d’abord salué la performance de l’équipe de Arma di Taggia.
« Les organisateurs de ces 15èmes Rencontres n’ont eu que cinq mois pour mettre sur pieds cette grande manifestation. C’est formidable. Mais l’AEHT doit rester attentive aux prestations pour éviter que les prix n’augmentent. Surtout pour le porte-monnaie des jeunes. Il faudrait aussi revoir d’une manière générale le système des concours et rappeler aux participants l’esprit olympique d’origine qui est que «  l’essentiel est de participer ». Celui qui gagne un concours n’est pas un champion du monde. Et il ne faut pas que les élèves soient mis sous pression par les professeurs, ni ces derniers par les directions des écoles. Les concours doivent rester des jeux – sérieux certes – mais des jeux.

Il faudra aussi revoir les règlements qui doivent redevenir plus stricts dans leur application et ne pas s’adapter aux conditions locales. Il faut que tous les participants se retrouvent à égalité sur la même ligne de départ. Seules les informations données en français et en anglais – les langues de travail de l’AEHT- sont valables.

Pour ce qui est des Rencontres de San Remo, elles bénéficient bien sûr du soleil, de l’esprit et du sang italien, un petit air de dolce vita quoi. L’ambiance est bonne à ce que j’ai pu constater . Le volet touristique est également de qualité et la participation, plus de 700 personnes, énorme ! Pensez donc, 29 pays et 139 écoles et des nouveaux pays!

Cela dit, il faut encourager les enseignants à participer plus activement aux stages proposés par le groupe Accor ou le groupe Doyle. D’autre part les élections de l’année prochaine sont déjà à l’ordre du jour. J’ai autour de moi un bureau très dynamique et il est important que la relève soit assurée par des membres actuels et ce, pour une simple raison de continuité.

Et ce qui a un peu créé un souci durant ces Rencontres, c’est la répartition des congressistes dans les hôtels. Il faudra veiller à ce que au moins une fois par jour tout le monde se retrouve sous un même toit ! C’est très important afin que se nouent les relations entre les uns et les autres, entre délégations. Bref, pour que chacune et chacun puisse rencontrer d’autres directeurs, professeurs, étudiants.. ». 

Umidia Nardone, directrice de l’IPSSAR Eleonora Ruffini
Umidia Nardone, directrice de l’IPSSAR Eleonora Ruffini

Sa natte blonde est célèbre, comme son dynamisme. Pendant toute la durée des Rencontres de San Remo, on la voyait partout. Véritable feu follet elle avait l’œil à tout, dirigeait ceci, conseillait cela, remettait autre chose en ordre, répondait à mille questions. Elle, c’est Umidia Nardone, le proviseur depuis dix ans de l’IPSSAR Eleonora Ruffini à Arma di Taggia, l’école hôtelière qui compte 500 élèves et 50 professeurs.

Tiens, la voilà qui arrive presqu’en courant de son école pour rejoindre le bus et ses occupants devant l’hôtel Vittoria. Au vol, elle indique «  j’ai encore quelques problèmes à régler pour la soirée de gala ». Mais ça ne fait rien, elle trouve tout de même le temps de raconter qu’elle a pu monter les 15èmes Rencontres grâce à toute une série d’aides. Elle les énumère : la Région, la Province, les villes de San Remo, d’Arma di Taggia, les sponsors privés : le fabricant Agnelli, la Banca Caridge, les pâtes Barilla, la société Olio Carli, la société des Vins italiens pour ne citer que les plus importants.

Mais sans ses troupes, elle n’aurait pu organiser une telle opération. Alors, comme elle l’a déjà fait lors de la cérémonie d’ouverture, Umidia rend hommage d’abord à son «  bras droit », Fiorella Fachechi et bien sûr à toute son équipe de professeurs et de bénévoles, ses élèves qui ont magnifiquement tenu leur place dans tous les domaines de leur intervention.

En bref, Umidia Nardone est heureuse, même si elle ne cache pas qu’elle sera soulagée après le départ de tous les participants et que ces derniers, malgré des problèmes inhérents à une telle organisation, rentreront chez eux avec l’envie de…revenir dans la région. Parce que dit-elle, «  la saison est terminée, beaucoup d’hôtels sont déjà fermés. Cela n’a pas été simple de trouver autant de chambres… ».

Etudiants franēais :
Etudiants français :

Assis à l’arrière du bus du Luxembourg, ils sont plusieurs : Bruno d’ Illkirch, 18 ans, Michael de Bazeilles, 22 ans, Patricia d’ Illkirch, 21 ans, Caroline d’ Illkirch 20 ans, David de Bazeilles, 20 ans et Julie d’ Illkirch, 22 ans. Sur la route du retour, ils ont accepté de donner leurs impressions. Et ne s’en privent pas.

« Oui, le soir, nous nous sommes retrouvés et ce mélange de nationalités est formidable. Oui, nous sommes venus avec plaisir, c’est un peu une aventure ». Certains ont été proposés, d’autres plutôt désignés dans leur lycée respectif. Sur les concours, leurs avis sont relativement tranchés. Ainsi, ils trouvent que sur le site internet la relation des concours manquait de précision. "  Des trucs qui n’ont rien eu à voir avec la réalité sur place. Et parfois pas du tout du niveau requis… Il y avait parfois de grandes disparités…"

Mais Julie par exemple n’a pas ressenti de rivalité particulière entre les candidats, ni trop d’esprit de compétition. Mais une impression générale domine : les informations ont été « plus décalées » par rapport aux Italiens. Et au chapitre de la langue, tous ont trouvé un grand décalage « entre ce à quoi on s’attendait et ce qu’on a trouvé » . Idem pour les moyens. « Il y avait des disparités flagrantes dans certains ateliers ». C’est David le pâtissier qui parle. « Le travail n’est pas le même sur du marbre que sur de l’inox par exemple ». Tous trouvent aussi que les conditions n’ont pas toujours été optimales mais avec un ensemble parfait ils sont d’accord : «  c’était quand même chouette. Cela a été une bonne expérience et…on a bien rigolé »…ce qu’ils continuent à faire dans le car avec les autres copains de voyage.

Etudiants allemands et luxembourgeois :
Etudiants allemands et luxembourgeois :

Un peu plus loin dans le bus, Sonia 23 ans, Rüdiger 23 ans , Kai 30 ans tous trois de Saarbrücken et Danielle, 20 ans, de Diekirch. Comme leurs copains, ils ont analysé le séjour et les concours. « Trop de professeurs ne parlaient pas l’une ou l’autre des langues de travail dans les concours » soulignent-ils en chœur. Ils trouvent également que la valeur des prix remis était trop inégale. »Ce serait mieux de remettre des médailles aux trois premiers, comme aux jeux olympiques. Les bouquins en italien, on ne sait pas les lire…Dans les concours, il ne faudrait pas des candidats de la nation organisatrice et les jurys devraient être internationaux. « . Kai, le plus âgé, vocation tardive en pâtisserie « râle » à cause du fait que les accompagnateurs n’ont pas eu le droit de faire des photos. Il propose aussi que lors de la remise des prix, « ce serait bien de projeter dans la salle quelques extraits très rapides du concours en question ». Tous les quatre ont éprouvé des difficultés de relations avec les autres étudiants du fait de l’éclatement dans plusieurs hôtels et souhaiteraient que dans l’avenir cela puisse être comme dans un village olympique : tout le monde ensemble…Et tous les quatre sont eux aussi d’accord : « ce qui était bien, c’était cette mosaïque de pays réunis ». Et Rüdiger de dire avec un sourire : « je ne savais pas qu’il y en avait autant en Europe… ». Et puis, comme tout le monde, ils ont apprécié le beau temps... !
12th - 17th November 2018 in Leeuwarden
13th to 18th November 2017 - in Oostend
23rd to 28th October 2016 in London
5th to 10th October 2015 in Cervia

Our Sponsors

 320px-Villeroy  Boch logo.svgCOGNAC EMBASSY-LOGOTYPE CMYKresized  Hosco Logo small       CesimBSG Logo 2015KjtqchkU      EU flag Erasmus vect POSLogo du gouvernement du Grand Duché de LuxembourgAHLEI Logo  Sharecenter STR LOGO

AEHT Contact

AEHT General Secretary
Nadine Schintgen
Find Us from Facebook
AEHT Head Office
PO Box 71 L-9201
Diekirch
LUXEMBOURG